QUI SOMMES-NOUS ?

Groupe postcapitalisme romand

Nous sommes une dizaine de militant.e.s et de professionnel·le·s d’horizons divers vivant en Suisse. Nous partageons la conviction que l’élaboration d’alternatives globales au capitalisme est nécessaire pour parvenir à dépasser ce système destructeur.

La multiplication actuelle d’alternatives concrètes, locales et sectorielles,-que ce soit par la création de communautés paysannes agroécologiques, de circuits-courts, de coopératives de logement, de marchés collaboratifs, etc.-va dans le bon sens. Elles participent déjà à la construction de sociétés globales futures basées sur les principes que défendent les collectifs qui les portent.

Mais ce n’est pas suffisant. Sans boussole, sans «imaginaire collectif», sans une idée des structures économiques et sociales que nous souhaitons, nous ne pourrons jamais mobiliser suffisamment de personnes pour les créer, et nous ne pourrons pas en prendre le chemin. Comment avancer si nous ne savons pas un peu plus précisément ce que nous voulons ? Réfléchissons et débattons!

Notre groupe est formé de personnes d’univers militants et professionnels différents, sans obédience idéologique définie: enseignante, architectes, syndicaliste, étudiante, journaliste, etc. Nous sommes et avons été impliqué·e·s dans des causes diverses comme le droit à l’alimentation, l’éducation, le logement coopératif, la défense des personnes sans-papiers et migrant·e·s, le droit au logement, la coopérative agro-écologique Longo Maï, le syndicalisme, la lutte contre la mondialisation néolibérale et les OGM, le droit de manifester, la solidarité avec les peuples autochtones, les médias alternatifs, etc. Nous avons décidé de nous unir pour penser à un monde postcapitaliste.

Activités

Depuis 2014, nous nous rencontrons en moyenne une fois par mois, et lors de nos rencontres nous menons plusieurs activités:

  1. Nous discutons à partir de textes et de livres (anciens et contemporains) sur l’élaboration d’un projet de société post capitaliste réellement possible.
  2. Nous partageons nos expériences concrètes, celles que nous vivons chacun·e dans nos collectifs distincts. Nous analysons d’autres expériences autogestionnaires réellement existantes aujourd’hui (et dans le passé).
  3. Nous nous exerçons par des mise en scène théâtrales à vulgariser/échanger nos idées avec le grand public.
  4. Nous organisons des rencontres dans la rue et des ateliers ou conférences pour discuter le sujet d’autres sociétés possibles à large échelle.
  5. Nous avons créé ce site Internet dans ce même but.